Nous vous invitons à consulter notre site de photo avec le lien suivant : PHOTOS UTA .

IMG_4972

 

_______________________________________________________________

A l’attention de la Presse et de tous ceux qui souhaitent communiquer autour de l’événement nous mettons à votre disposition un dossier de présentation ainsi qu’une sélection de photos que vous pourrez utiliser librement pour illustrer vos articles à propos de l’Ultra-Trail® d’Angkor.

Il est a noter que toute autre utilisation des éléments constitutifs de ce dossier (texte, visuels, vidéos…) qu’à des fins de promotion de l’Ultra-Trail® d’Angkor est rigoureusement interdite sans accord écrit préalable de l’organisation.

_______________________________________________________________

Communique de presse – Rendez vous sur l’Ultra Trail d’Angkor le 23 janvier 2016 – Première  mondiale

Soyez les premiers à courir au cœur des Temples d’Angkor, joyaux du Cambodge.
SDPO finalise actuellement les derniers préparatifs du challenge sportif exceptionnel que nous préparons pour fin janvier 2016, une aventure sportive inédite au monde: l’Ultra Trail d’Angkor.
Une petite équipe s’envolera vers le Cambodge dés le 08 janvier. Tous les marqueurs de SDPO seront au rendez vous : effort, aventure, découverte, sécurité, confort, et solidarité à Angkor.

Téléchargez notre dernier communiqué:

http://www.ultratrail-angkor.com/wp-content/plugins/newsletter/do/view.php?id=86&nk=4873-7163dde837

_________________________________________________________________

Reportage Philippe Dufrene

UTA 2016, un trail en enfer
Image12Le site d’Angkor au Cambodge, symbole de la puissance Khmer entre le 9ème et le 15ème siècle, a été le théâtre d’une première mondiale, l’ultra-trail international organisé par SDPO, en partenariat avec le Comité National Olympique Cambodgien  et le ministère des sports Cambodgiens et le Ministère du Tourisme.
Parmi les différentes épreuves proposées, un trail de 32, 64 ou 128 kilomètres et une marche nordique de 32 km, nous avons choisis de nous tester, Laurence et moi,  sur la distance « la plus courte » soit le 32 TA. Étant plutôt adeptes des marathons des villes et débutants dans le trail, cela nous paraissait plus abordable notamment en raison des conditions climatiques.
Au Cambodge, en principe, le mois de janvier correspond à la haute saison touristique avec un climat sec et frais (températures aux alentours des 25°), ce qui nous convenait parfaitement lors de notre inscription en mai 2015. Mais ça, c’était sans compte sur le dérèglement climatique ! La suite nous le prouvera.
Arrivé à Siem Reap 5 jours avant la course, nous avons pu encaisser le jet-lag, découvrir le terrain de nos futurs exploits avec la visite des temples, et « prendre la température » au sens propre du terme. Force était alors de constater que des records de chaleur se préparaient avec un point culminant le samedi 23 janvier, jour de la course…
IMG_2708Et finalement le grand jour arrive. Les départs sont prévus à 5h00 pour le 64 et le 128 et à 6h00 pour le 32 TA et le 32 nordique. Le réveil se fait de bonne heure et heureusement, l’organisation a pu négocier avec l’hôtel pour que nous disposions d’un petit déjeuner adapté dès 3h00 du matin !
Dernière vérification sur la tenue, les accessoires de sécurité, le camel-bag avec son litre de mélange spécial hydratation pendant l’effort, et nous voilà scotchés devant le thermomètre à l’extérieur de l’hôtel, qui indique déjà, à 5h du matin, une température de 27°C et un taux d’humidité de 90%. Cela promet !
Le transport s’organise vers le village de l’UTA ou se situe le point de départ et d’arrivée des courses. Il fait encore nuit pour les concurrents des 32 km alors que ceux des 64 et 128 sont déjà parti depuis ¾ d’heure, à la frontale.
6h15, avec un petit décalage, nous sommes tous sur la ligne de départ située à proximité de la terrasse des éléphants, d’où le roi Jayavarman IV (12-13e siècle) regardait défiler son armée victorieuse.
Dernier speech des organisateurs, la main sur le chrono, le décompte est alors donné par le représentant du comité olympique Cambodgien. 5-4-3-2-1-Partez !
Ça y est, l’aventure démarre pour la centaine de coureurs venus de près de 26 pays à travers le monde. (307 inscrits sur la totalité des épreuves)
Le soleil qui depuis 6h du matin s’est levé doucement mais surement, nous permet désormais de découvrir le parcours à la lumière naturelle.
Image10Dès le premier kilomètre, nous rentrons dans un sous-bois avec des chemins assez rocailleux où la prudence est de mise. C’est alors qu’au détour d’une porte de l’enceinte du temple d’Angkor Tom, au 2ème kilomètre, Laurence bute sur une pierre cachées sous les feuilles… ça craque ! Zut… On constate rapidement que la cheville enfle. Les concurrents passent tous en s’inquiétant de la situation. Nous rejoignons tant bien que mal le premier ravitaillement au 5ème kilomètre. Un organisateur en informe le « village UTA» et un quad vient rapidement la chercher pour la rapatrier. Elle ne repartira pas sur le parcours. Au final, fracture du 5ème métatarse. Quelle déception.
Je continue donc seul. Le soleil est désormais très présent et la température déjà bien élevée.
Les 5 kilomètres qui suivent sont assez ombragés et je découvre avec ravissement de nombreux temples (Ta Prom, Prasat Batchum, Srasroung Khang Tbong, …) noyés dans la végétation luxuriante. Le parcours est relativement plat et sans difficultés majeures. Le rythme est bon.

UTA courseMais voilà que le paysage change. Les sous-bois laissent leur place à des rizières asséchées et poussiéreuses, des zones sableuses arides, de longues traversées argileuses où le vent soulève des volutes rougeâtres …
Avec une température de près de 40 degrés, je me dis que l’objectif majeur est désormais la lutte contre la chaleur et la déshydratation. Le Cambodge connaîtra ce jour-là des records de température.
Malgré cela, j’arrive à tenir une cadence correcte et, après avoir dépassé les marcheurs je commence à rattraper à mi-parcours les derniers coureurs dont certains marchent déjà, occis par le soleil brulant.
Chaque point de ravitaillement sera salvateur pour pouvoir prendre quelques minutes d’ombre, se désaltérer et s’arroser abondamment.
Les kilomètres s’égrènent tant bien que mal. Le long des quelques habitations rurales croisées, les enfants nous font des « Hello » et nous tendent les mains pour un « check » complice. Ça remonte un peu le moral…
LES + UTA 2016 (34)Tout au long de ce circuit aride, je note que le balisage a été remarquablement bien fait. On peut progresser sans trop réfléchir (tant mieux… pas le temps !) et sans hésiter sur le chemin à suivre ce qui ne semble pas évident sur ces vastes étendues. Fléchage, rubalise, marques au sol, sur les arbres, dans les buissons, les équipes se sont vraiment données pour quadriller et matérialiser les parcours durant les jours et nuits qui précédaient. On a appris par la suite que certaines marques étaient enlevées après le passage des équipes ce qui nécessitait de retourner régulièrement sur le terrain pour vérification, et ce jusque pendant les épreuves… Bravo à l’organisation !
Le décompte de kilomètres continue et il fait vraiment toujours aussi chaud. A la lisière d’un sous-bois, on longe sur plusieurs kilomètres le Baray occidental, immense réservoir d’eau construit au 11è siècle, situé à l’ouest des fortifications d’Angkor Thom.
Le dernier point de ravitaillement est en vue. Nous sommes au 28ème kilomètre.
Dernières bouteilles d’eaux, dernières lignes droites. Je repars aux coté de Ben, un anglais vivant à Singapour. On se soutient le moral et la proximité de la ligne d’arrivée nous renvoi une bonne dose d’adrénaline, juste ce qu’il faut pour terminer.
Le parcours emprunte la route principale qui mène au Bayon et il faut se faufiler entre les motos et scooters, les voitures, les tuck-tuck, les éléphants, les singes …
Enfin, la terrasse des éléphants est en vue. C’est un moment riche en émotion. Dernières motivations, une petite accélération entre les drapeaux qui balisent les derniers mètres et nous franchissons, avec Ben, la ligne d’arrivée !
IMG_2883Laurence est là pour m’accueillir. Quel bonheur !
3h58 avec une bonne trentaine de minutes de retard au départ, je me classe dans les premiers V2. Satisfait … mais fatigué !
Le village UTA SDPO accueille les concurrents assoiffés et l’on peut enfin se poser à l’ombre en se réhydratant, et en bénéficiant d’un massage réparateur avec les élèves de l’école des masseuses du Cambodge,  présentes sur le site.
L’UTA est une première mondiale et une réussite. Tout le monde conviendra que les conditions extrêmes n’ont pas facilité la tâche, mais après tout, ne sommes-nous pas venu de si loin pour vivre quelques chose d’exceptionnel ?
Merci à Jean-Claude et Dominique Le Cornec et à toute l’équipe SDPO. On se reverra certainement sur une prochaine épreuve au bout du monde …

Consultez ou téléchargez notre Dossier de Presse :

PRESENTATION Ultra Trail Angkor 2017 – coureurs

Voici une petite sélection de photos :

Cliquez sur ‘télécharger’ en dessous de la photo qui vous intéresse, elle s’ouvrira dans un nouvel onglet en taille HD, il vous suffit alors de faire un click droit sur l’image puis ‘Enregistrez l’image sous’ pour la télécharger. Mais nous vous invitons à consulter notre site de photos avec le lien suivant :

PHOTOS UTA . Toutes les photos de l’édition 2016 sont à votre disposition.

P1120495Télécharger

P1120396Télécharger

P1110883Télécharger

IMG_8338Télécharger

IMG_8322Télécharger

IMG_8304Télécharger

IMG_1210Télécharger

IMG_1100Télécharger

IMG_0968Télécharger

IMG_0966Télécharger

IMG_0963Télécharger

IMG_0961Télécharger

IMG_0934Télécharger

DIAPORAMA-UTA-RECO-87Télécharger

DIAPORAMA-UTA-RECO-66Télécharger